ALEXANDRE DUMAS (Père)

Publié le par L'Emile

                               portrait.jpg


Alexandre Dumas
est né le 24 juillet 1802 à Villers-Cotterêts. Son père fut général pendant la Révolution et fit une brillante carrière dans les armes. Il mourut en 1806, soit quatre ans après la mort de son fils. Alexandre Dumas entre à 9 ans au collège de l'abbé Grégoire à Villers-Cotterêts où il reçoit les bases de l'instruction primaire. A 13 ans, il ne sait presque rien, il a pour seule éducation ses lectures de la Bible, de recits mythologiques, de Robinson Crusoé et des Contes des Mille et Une Nuits. Mais sa caligraphie est exceptionnelle et il est engagé comme coursier dans une étude de notaire. Alexandre fait la connaissance d'Adolphe de Leuven (directeur de théâtre et librettiste) qui l'initiera à la poésie moderne. En 1822, il trouve une place de clerc de notaire et part pour Paris. Le 27 juillet 1824, Alexandre Dumas  fils naît, de sa liaison avec sa voisine de palier. L'enfant est illégitime jusqu'à ce que Dumas le reconnaisse en 1831, quelques jour après la naissance de sa fille, Marie-Alexandrine, qu'il a d'une autre femme. Cette même année, Dumas se met au vaudeville avec Leuven et rencontre un grand succès. Il écrit son premier drame historique, Henri III et sa cour en 1828, présenté à la Comédie Française et qui remporte un franc succès. C'est un auteur prolifique, qui signe de grandes fresques historiques comme Les Trois Mousquetaires (1844) et Le Comte de Monte Cristo (1845-1846). Très impliqué dans son siècle, Dumas est également un grand voyageur. Il s'essaie à la politique (il se présente aux élections de 1848, rejoint Garibaldi en 1860...), crée un théâtre (il fonde le Théâtre Historique qu'il dirige de 1847 à 1851), édite des journaux, fait construire un château... Malheureusement, sa folie des grandeurs et sa grande prodigalité lui valent de connaître des faillites retentissantes et l'obligent à courir après cet argent qu'il dépense aussitôt gagné. Il meurt en 1870 chez son fils.


« Le nom d'Alexandre Dumas est plus que français, il est européen ; il est plus qu'européen, il est universel. Alexandre Dumas est un de ces hommes qu'on pourrait appeler les semeurs de civilisation ; il assainit et améliore les esprits ; il féconde les âmes, les cerveaux, les intelligences ; il crée la soif de lire ; il creuse le coeur humain et il l'ensemence. Ce qu'il sème, c'est l'idée française - cette idée française qui contient une quantité d'humanité telle que, partout où elle pénètre, elle produit le progrès. De tous ses ouvrages, si multiples, si variés, si vivants, si charmants, si puissants, sort l'espèce de lumière propre à la France. Rien ne lui a manqué : ni le combat, qui est le devoir ; ni la victoire, qui est le bonheur... »        Victor Hugo

Publié dans Par auteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article