Aya de Yopougon T.4, Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

Publié le par L'Emile

Genre : bande dessinée     [2008]                 
D'où sort-il ? Voir les autres tomes

AyaDeYopougon_04_80396.jpg

RESUME :
"Nous arrivons à Paris Roissy-Charles de Gaulle. Il est 6H30 du matin et il fait 12°C. Merci d'avoir choisi Air Afrique". C'est sur ces mots peu réconfortants au niveau climatique qu'Innocent débarque dans la capitale hexagonale. Parti tenter sa chance en France, le coiffeur branché de Yopougon y sera vite confronté à de nombreuses difficultés. Chassé par son cousin Céleste, chez qui il arrive à l'improviste, Inno est finalement accueilli dans un foyer mailien où il lance la mode des coupes Grace Jones et des tenues au motif panthère. A 6000 lm de là, sous le soleil d'Abidjan, Aya, harcelée par son professeur un professeur de biologie qui tente de mettre en pratique ses théories sur la reproduction, lors de cours de rattrapage un peu trop privés au goût de la jeune fille. De son côté, le vieux Zékinan apprend que Félicité, la fille qu'il a donnée petite au père d'Aya, est devenue une star. Forte de son récent titre de Miss Yopougon, elle attise maintenant la convoitise de ce père qui ne s'est pourtant jamais inquiété de son sort auparavant. Alors que les Sissoko ont engagé un détective privé afin de retrouver leur fils Moussa, Mamadou roule sur l'or en faisant le gigolo. Et pendant que Bintou conseille les go, Hervé continue de rêver de l'Hôtel aux Mille Etoiles, espérant décrocher la lune dans ce pays où les filles brillent autant que le soleil.



MON AVIS SUR CE LIVRE : J'ai beaucoup aimé le contraste entre les scènes parisiennes et la vie dans le village africain. Le petit bonus ivoirien est toujours présent, avec son lexique coloré et ses recettes de plats typiques. Je suis donc maintenant très attachée à cette série authentique. J'ai déjà le tome 5 sous la main, mais pour la suite, il va falloir patienter...



POUR QUI ? Pour ceux qui ont lu les tomes précédents.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article