Eleanor Rigby, Douglas Coupland

Publié le par L'Emile

Genre : roman    [2004]             

D'où sort-il ? Emprunté à la bibliothèque pour continuer mon "couplandathon"

 arton6403.gif

 

RESUME : Liz Dunn est une femme corpulente et lucide sur elle-même. Et si derrière cette morne apparence se cache un esprit acéré, elle n'attend rien de la vie, hormis une imminente opération dentaire et une quantité de films larmoyants loués pour supporter sa convalescence. Mais alors qu'elle vient d'épuiser son stock de tranquillisants et que résonne le générique de fin du dernier film, un jeune inconnu est admis à l'hôpital. Il porte une inscription sur son bracelet médical : En cas d'urgence, contactez Liz Dunn...Et c'est pourtant étonnant car à part sa famille, Liz n'a pas d'amis et ne connaît personne. Elle vit dans une solitude absolue.

 

MON AVIS SUR CE LIVRE : Voici une description d'elle-même que nous livre Liz page 9 : "De toute façon, si vous deviez entrer dans cet alignement de cages à lapins que forment les bureaux de Landcover Communication Systems, vous ne me remarqueriez probablement pas, en train de rêvasser ou non. J'ai appris il y a longtemps à me rendre invisible. Je me retranche à l'intérieur de moi-même, et mes yeux deviennent ternes et vitreux." A nouveau, Coupland traite d'un sujet qui touche de nombreuses personnes mais que j'aie peu lu : l'isolement. En effet, Liz a 36 ans, elle travaille puis rentre chez elle, se demande ce qu va être son ènième soirée en solitare. Même le samedi matin, elle frissonne à la pensée des deux jours sans boulot qu'elle va vivre. Sa vie est morne et plate. Jusqu'au jour où ce jeune homme déboule littéralement et chamboule sa vie. Liz n'est plus la même, et on l'aime encore plus.

 

Encore et toujours le même "style Coupland", lecture agréable, rapide et prenante. Les personnages sont toujours aussi attachants et la vision du monde de Coupland toujours dispensée par petites touches, discrètes mais si justes.

Sans oublier les notes d'humour, au rendez-vous comme d'habitude : "Les mecs du supermarché te laissent deux options s'ils te chopent - la première : ils appellent les flics, et la seconde : ils prennent un Polaroïd de toi en train de tenir ce que tu as volé. C'est presque toujours du fromage. Et ensuite ils te disent de ne jamais remettre les pieds dans leur magasin. Ils ont tout un mur à l'arrière couvert de photos jaunies de marginaux avec du fromage dans les mains. C'est pas comme si je risquais de me retrouver avec un casier judiciaire. Seulement un rituel humiliant." (p.52)

 

"Au bout de quatre jours, j'avais toujours autant le cafard et le mal du pays, et M. Burden était à court de tranquillisants. Nous sommes donc allés chez un médecin local, chose facile a priori, mais dans l'Italie des années 70, cela équivalait à courir un triathlon tout en complétant une déclaration d'impôts. " (p.93)

 

"Qui a envie d'entendre parler de la vie d'une grosse ou de ce qui se passe dans son esprit ? Je suis sûre que ça doit inconsciemment suinter dans mes propos. Mêmelard quandglucides j'essaiecalories desucre lecochon masquer, porcje cholestérolparle célericomme fromage blancune thongrosse." (p.99)

 

"Vous préférez les matelas fermes ou mous ?

- Je n'ai jamais réfléchi à la question.

- On va en essayer quelques-uns.

- N'importe lequel fera l'affaire. Je n'ai vraiment pas besoin d'un vendeur et...

- Je ne suis pas vendeur, je suis Consultant en Sommeil."  (p. 133)

 

Le titre, Eleanor Rigby, fait référence à une chanson des Beatles, essentiellement écrite par Paul McCartney.

 

"  Ah, look at all the lonely people

Ah, look at all the lonely people

 

Eleanor Rigby lives picks up the rice in church where a wedding has been,

livre in a dream

Waits at the window, wearing the face that she keeps in a jar by the door,

 

All the lonely people

Where do they all come from ?

All the lonely people

Where do they belong ?

 

... "

 

 

 

POUR QUI ? Pour ceux qui aiment Douglas Coupland, qui s'accrochent à cet auteur tout comme moi. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore et qui manquent quelque chose de super !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article